Maison forte

Construction du bâtiment primitif (fin XIIe – début XIIIe siècle)

Le noyau primitif, de plan rectangulaire, de cette ancienne maison forte remonte à la fin du XIIe siècle ou au tout début du XIIIe siècle. Cette tour primitive, dont la maçonnerie est conservée jusqu’au couronnement actuel, devait servir de résidence fortifiée aux seigneurs du fief de la Roche. Cependant, le premier document qui mentionne explicitement la maison forte date de 1386.

Agrandissement et transformation du début du XIVe siècle

Ce premier édifice est agrandi vers le sud dans le premier tiers du XIVe siècle et, probablement en même temps, augmenté d’une série d’aménagements vers l’est. Divers éléments de cette étape sont encore visibles. La façade sud montre encore au sommet des traces de crénelage ainsi que deux vestiges de fenêtres ornées d’une accolade. A l’ouest, une porte en arc en tiers-point donne accès au rez-de-chaussée. Au-dessus, la fenêtre à croisée de pierre dont le croisillon a disparu devait éclairer une grande salle au premier étage.

Le noyau primitif est doté, à l’est, d’adjonctions comprenant une tour carrée à l’angle nord-est et probablement un aménagement similaire à l’angle sud-est, tandis que la zone centrale située entre ces deux corps de bâtiment est restée ouverte ou semi-ouverte.

Grand chantier de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle

Entre le dernier quart du XVe et le deuxième quart du XVIe siècle, un grand chantier prestigieux, peut-être le premier, en tout cas le dernier, touche l’ensemble de l’édifice. Lors de cette étape, le bâtiment, qui atteint son volume actuel, est agrandi vers l’est et l’angle sud-est (re)construit et prolongé par la tour circulaire. Simultanément, les deux tours sont reliées par un mur fermant l’espace à l’est. L’ensemble est coiffé d’une charpente à poteaux en 1512, remplacée, après son effondrement, par l’actuelle en 1989. En façade sud, une nouvelle fenêtre à croisée de pierre vient remplacer une baie plus ancienne. De nombreux éléments architecturaux de qualité (cheminées monumentales, portes, fenêtres), qui semblent pouvoir être attribués à Pierre Guiguoz, tailleur de pierre actif dans la région, sont conservés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

La tour d’escalier actuelle, adossée à l’ouest du noyau primitif et plus haute à l’origine, vient probablement remplacer un système de distribution verticale antérieur dont on ignore l’aspect exact. L’escalier « à l’italienne » qui y prend place ainsi que la porte d’entrée à large chanfrein frappée des armoiries de la famille de Rovéréaz permettent de situer cette transformation dans le courant du XVIIe siècle. La menuiserie est vraisemblablement contemporaine, malgré les dates de 1513 et 1793 qui y sont gravées.

Subdivision à l’infini de l’ancienne maison forte au XIXe siècle

Au XIXe siècle, et peut-être déjà au XVIIIe siècle, la maison de la Roche semble avoir subi de nombreuses transformations, comme la construction de nouvelles cloisons subdivisant l’espace en plusieurs appartements indépendants ou le percement de nouvelles portes et fenêtres, vraisemblablement rendues nécessaires par la subdivision du bâtiment entre des propriétaires toujours plus nombreux.

Michèle Grote, historienne des monuments (07.10.2011)

Galerie d’images

Print This Page

Fondation
André Fiaux
Case postale 80
1867 Ollon (VD)
Tél. 024 499 10 08
E-mail

Association
Florence Bertholet
Chemin en Sendey 17
1867 Ollon (VD)
Tél. 021 624 38 71
E-mail

Location des salles

  • 8 mai 2017 : Salle des Chevaliers réservée
  • 2 décembre 2017 : Salle des Chevaliers réservée
  • Vous souhaitez louer ?
    Voir tarifs et conditions ici

    Dernier bulletin
    de l'Association

    N°23