Restaurations

Démarche architecturale

En respectant l’âge de l’édifice, son caractère et ses traces de vieillissement, le parti architectural consiste à mettre en place des interventions minimalistes. Il s’agit avant tout d’une opération de consolidation pour assurer la stabilité de la structure. Les interventions sont ciblées pour répondre avec le minimum de moyens aux besoins de la statique comme à ceux de l’affectation des locaux.

La conservation des éléments d’architecture en place est le fil conducteur de l’élaboration du projet et de sa mise en œuvre. Le budget modeste impose de trouver des dispositifs imaginatifs et simples à mettre en place pour assurer la viabilité et l’originalité de la démarche.

Etape I

Après l’effondrement de la toiture, des planchers, des parois, puis l’inondation intérieure au travers du trou béant du toit, la Fondation réalise en 1989 un nouveau toit et procède à la consolidation d’urgence et provisoire des murs extérieurs de l’édifice.

En 1997, le terrain attenant au nord de l’édifice est racheté, ce qui a permis ensuite de déplacer les garages accolés au château et de créer une belle place de fête extérieure.

Etape II

Entre 2002 et 2004, la partie est du château a fait l’objet d’une restauration douce sur trois niveaux dans le but de les rendre utilisables : au rez inférieur, un petit théâtre, une cuisinette et un hall; au rez supérieur, une salle de réunion, une bibliothèque et une pièce affectée à la Fondation des musiques traditionnelles romandes; à l’étage, une grande pièce destinée à recevoir des expositions.

Cette restauration a permis de consolider définitivement toute l’aile est de l’édifice.

Etape III

La troisième étape s’est déroulée entre 2008 et 2010. Elle a eu pour objectif de consolider la façade sud du château qui menaçait de s’écrouler, tout en offrant un aménagement intérieur utilisable sur deux niveaux. La structure du bâtiment a été rigidifiée avec la construction de deux dalles en béton armé.

Au rez supérieur, dans la salle dite des chevaliers, la magnifique cheminée monumentale a été réhabilitée.

Lors de cette étape, les enduits du XIIIe siècle ont été consolidés.

Même paroi: détail. Sur la gauche, on distingue l’appareil du mur avec ses moellons de pierre et le mortier à la chaux ; ce mortier, très affaibli et pulvérulent à cause de l’humidité, ne remplit plus sa fonction de support pour l’enduit (dont on aperçoit un fragment sur la droite). Les sels du mur ont migré vers l’extérieur avec l’humidité puis, en se cristallisant, ont provoqué l’éclatement violent de l’enduit.

La conservation de cet enduit, exigée par la section des monuments et sites du canton, requiert un traitement d’urgence pour les zones prêtes à tomber (colmatage et fixage ponctuels) puis une série d’opérations délicates pour assurer la sauvegarde de cet important témoin des revêtements du château : nettoyage minutieux et pose de protection sur la surface de l’enduit, consolidation et fixage du mortier de l’appareil, pose de solins pour assurer la périphérie des fragments d’enduits saillants.

Consolidation des crépis

La façade sud, exposée à l’extérieur auparavant, a dû jadis recevoir passablement d’eau. On voit ici le côté intérieur de la façade; cette paroi est ornée d’un magnifique enduit lissé, d’aspect rose grisâtre, daté du XIIIe siècle, un des très rares exemples dans le canton. A base de plâtre anhydre (plâtre surcuit à très haute température), cet enduit demeure encore aujourd’hui très résistant, malgré ses nombreux signes de dégradation. C’est en revanche le support de cet enduit, l’appareil du mur, qui reste la cause de ces altérations.

Ces trois étapes terminées, le projet devra être finalisé par des restaurations à plus long terme. Elles affecteront les derniers espaces non encore touchés. En outre, des installations techniques seront indispensables pour assurer le fonctionnement de l’ensemble de l’ouvrage.

Etapes suivantes

Restauration et aménagement du grand espace du bâtiment d’origine du XIIe siècle et des combles, soit:

Séquence 1 : mise en place de poutrelles sur le couronnement des murs intérieurs et de façades qui couvriront toute la surface des combles.

 

 

 

 

 

 

Séquence 2 : installation de trois ou quatre planchers amovibles juxtaposés et suspendus aux poutrelles des combles. Ce dispositif permettra une utilisation souple et variable de ce grand espace, les plateformes pouvant être disposées sur un seul niveau ou sur des niveaux différents, accessibles par les anciens passages situés à des hauteurs différentes sur la périphérie du lieu.

 

Séquence 3 : cette phase sera caractérisée par le couvrement total du plancher des combles sur les poutrelles, la couverture de l’espace cité plus haut étant faite par le relèvement à ce niveau des planchers mobiles. Un accès sera aménagé par un escalier situé dans la partie est du château. Ce projet permettra l’utilisation du volume total des combles qui sera alors aménagé, isolé et agrémenté de manière à pouvoir y pratiquer diverses activités en utilisant ou non la mobilité des plateformes.

 

Galerie d’images

Print This Page

Fondation
André Fiaux
Case postale 80
1867 Ollon (VD)
Tél. 024 499 10 08
E-mail

Association
Florence Bertholet
Chemin en Sendey 17
1867 Ollon (VD)
Tél. 021 624 38 71
E-mail

Location des salles

  • 19 août 2017 : Château réservé
  • 9 septembre 2017 : Château réservé
  • 10 septembre 2017 : Château réservé
  • 2 décembre 2017 : Salle des Chevaliers réservée
  • Vous souhaitez louer ?
    Voir tarifs et conditions ici

    Dernier bulletin
    de l'Association

    N°23